Page d'archive 4

Concours : les bonnes soeurs…

Comme nous savons que vous trépigniez d’impatience d’être mis au défi lors d’un nouveau concours, voilà votre voeu exaucé !

Cette fois-ci, il va falloir nous expliquer ce que nous faisions JUSTE AVANT que la photo soit prise !!! Encore une fois, laissez aller votre imagination…

Le cadeau est à nouveau une SURPRISE !!!

 (rappel : les personnes présentes lors de l’evenement ne sont pas autorisées à participer, merci pour votre compréhension.)

resto3img5891.jpg

resto1img5887.jpg

L’Equateur vu d’en haut…

C’est fou tout ce que l’on peut faire en Equateur !!! Et nous sommes etonnees de la vitalite sans fin de nos 4 accompagnants  »d’age mure »… 

Apres avoir grimpe deux volcans, a plus de 4000 metres,  voila que nous descendons dans l’ancien cratere du Quilotoa qui renferme  une magnifique lagune. La remontee, sous un soleil de plomb et un oxygene toujours un peu rarefie, s’est fait a dos de mule pour les deux Simone !

pa1601291.jpg

Petite alte chez l’habitant. Nous degustons une soupe a l’orge qui nous rappelle celle des Grisons (petite remarque adressee aux Suisses…)

pa1601421.jpg

Une nuit a Banos pour se delasser dans ses bains thermaux qui sont du au volcan Tungurahua tout proche. Et puis nous voila projetes a toute allure dans une nacelle suspendue au-dessus de la vallee de Banos. Engin utilise par les habitants pour passer d’une vallee a une autre sans avoir besoin de construire de ponts couteux.

 pa170171.jpg

Apres le vent dans nos cheveux, un petit tour sous des hectolitres d’eau  deverse par la cascade del Pailon del Diablo. Nous pensions qu’un simple K-way ferait l’affaire, mais « que neni », nous sommes repartis trempes et plein de boue…

pa170178.jpg

Pendant les quelques jours qui suivent, nous allons encore nous ballader sur les ruines Incas les mieux preservees de l’Equateur qui se nomment Ingapinca. Pour ceux qui connaissent le dessin anime « Les mysterieuses Cites d’Or », nous nous y sommes presque cru, car le temps pluvieux et brumeux, s’est tout a coup degage pour laisser apparaitre les rayons de soleil tant attendus au moment ou nous avons mis les pieds sur le site… Premiere ruine Inca decouverte de notre periple ! Il y en aura d’autres !

pa180234.jpg

C’est a Cuenca que nous avons decouvert la fabrique du fameux chapeau bien connu de l’Equateur: le chapeau de PANAMA !!!!

Mais vous n’etes pas sans savoir qu’il a pris ce nom apres avoir ete exporte en masse pour que les travailleurs du canal de Panama ne meurt pas d’insolation…

Chapeau tres elegant allant tout aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Certains couvres-chefs coutent jusqu’a 1000 dollars, en fonction des heures de travails effectuees !

 pa190256.jpg

Blanchimant du chapeau a la chaux

pa190260.jpg

Nous n’avons pas seulement visite l’Equateur les bras croises ! Les hommes ont eu la joie de tester la corvee de lessive pratiquee par les femmes de la montagne… En nous arretant pour casser la croute, Rene a voulu montrer au femmes Equatoriennes, que les hommes Europeens faisaient aussi ce genre tache…

pa190276.jpg

pa190279.jpg

 

Notre periple terrestre s’arrete a Guayaquil, ville portuaire a la plus forte population du pays. Nous passons un petit bout de la soiree a jouer au casino ! On ne se refuse rien et cela nous rapelle Las Vegas… C’est Simone Peuble qui gagne le gros lot sans s’en rendre compte, magnifique !

Le lendemain nous nous envolons pour des iles mytiques qui vont nous en mettre pleins les yeux, mais ca c’est dans le prochaine article. Gros bisou a tous.

Reanimation en live

Nous ne pensions pas devoir faire un massage cardiaque durant notre voyage, mais c’etait sans compter sur la presence de Simone, prete a reanimer n’importe quels etre vivant en danger.

Appreciez avec quelle dexterite la reanimation est effectuee sur cette pauvre mygale probablement en hypothermie.

Image de prévisualisation YouTube

Un aterrissage

Ce que nous voulions absolument eviter est arrive… Nous avons du prendre l’avion! La Panamericaine s’arrete au milieu de la jungle, entre la frontiere de la Colombie et du Panama et il n’est pas tres recommande d’aller se ballader sur les territoire des Farcs en ce moment… Et puis malhereusement, pas de bateau pour nous au bon moment pour nous permettre de prendre la voie des mer et d’arriver au rendez-vous a Quito en temps voulu…

Le but de ce voyage est de pouvoir apprecier a l’oeil nu le changement progressif de paysage, de culture, et de climat. Ceci est possible lorsque nous gardons les pieds sur terre ou sur mer, mais impossible quand nous prenons les airs.

Du coup, ce que nous craignions ressentir, arriva… L’arrivee sur Quito a ete un grand boulversement climatique et environemental. 2800 metres d’altitude, 15 degres de moins et une vegetation tres clairesemee avec quelques epineux… Cela nous change de la foret tropicale et de sa chaleur.

C’est avec 24heures de retard et beaucoup d’inquietude pour nous, du fait de n’avoir pas acces internet dans l’immediat, que nos hotes sont enfin arrives a Quito. Mais a notre grande surprise, l’equipe de Tamalou (en reference a tous ces voyages organises de vieux ou lorsqu’ils sortent du car ils se semandent entre eux ou ils ont mal…) n’etait pas uniquement compose des parents Peuble mais egalemnet de deux invites surprises : Jean-Claude et Simone grace a qui nous avions pu etancher notre soif au limencello lorsque nous etions en Amerique du Nord (cf precedent articles). Donc nous voila parti a 6 pour 10 jours de voyage a travers l’Equateur !

pa220490.jpg

Nous commencons par 2 jours d’acclimations a Quito pour nous rendre compte deja, que nous nous sentons a l’aise au milieu de ce peuple melanges entre indiens et metisses. Quito s’etire sur 60 km dans une vallee au pied de plusieurs volcans. C’est enorme, mais le vieux Quito colonial vaut la peine d’etre visite avec ses eglises baroques melangees avec quelques symboles des anciennes religions indiennes.

pa130020.jpg

pa130028.jpg

Petit passage par la latitude 0,00,00, calcule de maniere exact par GPS. Nous avons fait l’experience de l’oeuf qui tient  tout seul sur un clou et de la rotation de l’eau lorsque nous vidons le cyphon. Incroyable ca marche !

pa130006.jpg

Et puis nous voila donc parti pour plusieurs jours a la decouverte de la population et de l’environnement parfois hostile de la haute altitude.

Nous commencons par une petite grimpette a pied a 4800, jusqu’aux neiges eternelles du Cotopaxi, volcan actif, au repos pour le moment. A partir de 4000 metres la vegetation se rarefie et nous nous retrouvons dans des paysages lunaires. Ce qui n’est pas commun pour nous Europeen, est de pouvoir monter si haut en voiture, 4500 metres environ. Du coup difficile d’eviter le mal de tete et autre petits symptomes de l’altitude. C’est ca le desaventage de ne pas prendre le temps de s’acclimater !!!

pa150054.jpg

pa150075.jpg

pa150103.jpg

pa150072.jpg

pa150115.jpg

Et pour l’anecdote, nous avons reussi a coincer un gros cailloux entre les deux roues arrieres du bus… Avec un peu d’ingeniosite et de la force, on est vite repartit !

pa150065.jpg

Nous avons egalement la chance de nous attaquer au plus haut volcan en activite de l’Equateur, le Chimborazo (63oo metres environ). Pareil nous montons en voiture jusqu’a 4800 metres environ et nous grimpons jusqu’a 5000 metres a pied. Nous tenons a feliciter Rene, Simone et  Jean-Claude pour  cette performance physique !

pa170194.jpg

pa170198.jpg

pa170202.jpg

pa170205.jpg

Nous avons traverse des vallees et des cols ou les habitants vivent de maniere traditionneles dans des maisons de paille et elevent des troupeaux de moutons ou d’alpagas. Il y a un enorme contraste entre les grandes villes qui se developpent de maniere fulgurantes et la vie dans les montagnes ou les traditions ancestrales reste bien presentes.

pa170184.jpg

pa160149.jpg

pa160125.jpg

Hasta luego amigos y besos a todos para otras aventuras en este manifico pais !!!

Sous le chapeau de Panama

Pensez-vous que l’on peut avoir un juste avis sur un pays, en se basant sur la gentillesse de ses douaniers ?

En fin de compte malgre un premier contact Panameen un peu penible, nous trouvons ce peuple accueillant et ayant envie de faire connaitre leur region.

Bon, bien sur comme annonce dans le dernier article, pas de photo du Panama, donc ce sera votre imagination qui devra travailler un peu…

Nous avons quitte la cote Atlantique et sa chaleur pour les terres interieures. Nous avons eu envie de nous ballader a cheval a El Valle, petite ville au fond d’un cratere eteint il y a belle lurette. Nous voila donc parties avec un guide sur des chevaux devant peser a peine le double de nous, sur des chemins pas vraiment accessibles ! Et puis comme souvent hors de nos pays trop protecteurs, ca n’a pas derange le guide que Claire n’aie jamais eu l’occasion de maitriser la monte equestre…

 Apres plusieurs traversees de rivieres, nous nous sommes rendu compte que notre chemin avait disparu dans un glissement de terrain… ce qui n’a toujours pas fait sourciller notre guide qui nous a demande de descendre de cheval et de sauter par dessus le vide de 40 cm en tenant le cheval par les rennes… C’est fou comme on fait ce que l’on nous dit sans toujours reflechir lorsque l’on ne maitrise pas l’environement !!!

Mais tout s’est bien passe et nous sommes retrournees sans encombre au village apres une ballade tout de meme bien mouvementee.

Apres cette petite pause au milieu des paysans du Panama et des trajets qui rapprochent sans laisser le choix de la population ( 16 personnes dans un minibus a 10 places, plus bagages et une poule).

Nous avons decide de passer 4 jours a Panama City car c’est un peu le point de depart d’autres decouvertes. Donc comme toujours premiere chose a faire lorsque nous debarquons en ville, trouver un hotel pas cher, mais pas trop crade non plus. Un chauffeur de taxi nous conseille d’aller voir dans les « pensions » ou les prix sont tout a fait raisonnables avec douches chaudes et bon confort. C’est avec un bon entrain que nous partons a la recherche d’une bonne « pension ». Tout d’abord on nous repond que la chambre ne sera pas prete avant 19h00 mais elle avait vraiment l’air propre et confortable. Nous decidons d’aller en voir une autre et cette fois-ci on nous demande si on reste toute la journee et la nuit… Bon, on commence a ne pas bien comprendre ces questions et on va en voir une 3eme. La, rentre un couple en meme temps que nous et monte dans une chambre en lancant un billet au comptoir. A ce moment la receptionniste nous demande si c’est pour une heure ou plus…..

Nous avons mis du temps a comprendre mais a ce moment la, c’etait un peu trop evident ! Je pense etre devenue cramoisie devant le desk. Bref nous avons compris egalement pourquoi le chauffeur de taxi avait ricane lorsqu’il nous a donne ce bon conseil !!!

Pour terminer, c’est dans un hotel en face d’un casino que nous avons passe nos 4 nuits. Cela faisait longtemps que nous n’etions par reste autant de jours au meme endroit. Du coup nous avions nos petites habitudes dans le quartier. Les vendeurs des rues lancaient la conversation comme si nous avions toujours ete la… Panama city est partagee entre la vieille ville protegee par l’UNESCO et la ville moderne ou des gratte-ciel en construction, pointent leurs piques d’acier vers le soleil, probablement pour un long moment encore. On dirait Manatthan apres une attaque nucleaire…

Nous avons eu le temps de nous attarder sur les quais et au bord de l’ecluse de Miraflores sur le canal pour voir ces monstres des mer venant d’Asie, d’Europe ou d’Amerique, s’enfiler dans des passages pas plus larges qu’eux-memes.

Encore un petit tour dans la rain forest et au zoo, et le jour est arrive de nous envoler pour Quito… et oui, nous n’avons pas reussi a trouver dans les temps, un capitaine de bateau qui nous aurait emmene sur les cotes Equatoriennes ! Nous vous raconterons notre petite deception lors du prochaine article.

Et puis je remercie donc tous ceux qui m’ont souhaite un bon passage a l’age du Christ et egalement tous ceux qui ont eu une petite pensee pour moi ce jour la.

 

Virus au Panama !

Voila cela devait arriver, ma carte memoire de mon appareil photo a fini par attraper un vilain virus a force de se « brancher » sur n’importe quel ordinateur…

Du coup, il n’y aura AUCUNE photo du Panama sur le blog car je ne peux plus rien transferer…

Mais n’ayez craintes tout rentrera dans l’ordre pour l’Equateur on l’espere.

 Merci pour votre comprehension et si quelqu’un connait un traitement merci de nous le communiquer.

Passage de frontiere sympathique…

Nous ne vous avions jamais decrit nos passages aux frontieres des pays d’Amerique Central car cela se passait plutot dans le calme et sans prise de tete (tant que l’on paye la taxe de sortie et d’arrivee dans le pays sans se plaindre…)

En revanche la frontiere du Panama ne nous a pas laissee la meilleure impression. Apres avoir lance un dernier regard sur le Costa Rica, nous traversons la riviere faisant office de frontiere sur un pont de bois.

De l’autre cote, nous attendent des douaniers d’une non-chalance a toute epreuve… Nous voila a leur presenter nos passeports avec nos plus beaux sourires et notre meilleure espagnole. Malgre cela, ils nous lancent sans meme nous preter un regard, qu’ils ont besoin d’une preuve comme quoi nous quitterons un jour leur territoire… (tiens ca ne vous fait pas penser a un autre pays plus au nord ?!)

Heureusement que nous venions de prendre un billet d’avion  electronique pour l’Equateur. Le probleme residait dans le fait que nous n’avions pas eu l’occasion de l’imprimer et que la preuve qu’il existait bel et bien pour les douaniers, se trouvait bien en securite sur mon adresse e-mail…

Du coup nous voila bloquees a la fontiere a la recherche d’un endroit internet public. Nous etions dans un espece de village delabre ou ne passait que des gens en transit. Internet ici, nous parraissait une plaisanterie. Nous nous trompions car rapidement un homme qui semblait venir juste pour nous porter secour, nous emmene dans une petite echope ou il nous est possible d’imprimer notre billet. En revanche nous pensions bien qu’il y avait anguille sous roche car tout ce petit monde etait de meche pour nous faire payer la connection internet et l’impression d’une seule page, a des prix frisants le ridicule… Bref, nous n’avions pas le choix de nous faire avoir et donner bien entendu un petit « pourboire » a notre sois disant « ange gardien », si nous ne voulions pas passer la fin de notre periple entre le Costa Rica et le Panama… (d’autant plus que la riviere etait infestee de crocodiles…)

C’est donc avec une legere mauvaise humeur que nous retournons vers nos amis les douaniers pour leur montrer notre droit de passage. Toujours sans meme lever un sourcil sur nos tetes mecontantes, ils nous tendent notre passeport avec le sesame de passage qui est le tempon du Panama !!!

 Enfin, nous pensions prendre un bus local pour nous rendre dans un petit port a 40 kms de la, mais c’etait sans compter sur les rabateurs qui nous ont litteralement sautes dessus pour nous emmener dans leur taxi collectif sans nous laisser autre choix que de payer encore une fois une somme qui ne correspond nullement aux prix que nous comptions payer pour notre bus local…

Bref, ce que nous avons tout de meme souvent ressenti au passage des frontieres, c’est cette « prise en otage » des que nous mettons le pied sur le sol du nouveau pays. Il est tres difficile et tres fatiguant de se debarasser de toute la foule qui se jette sur vous. Quelque fois c’est possible et d’autre fois non…

Pour oublier ces petites aventures, nous avons donc rejoint l’ile de Bocas del Toro, petit archipel pose au milieu d’eaux limpides et chaudes,  ou proliferent  des poissons mutlicolores et des anemones geantes !

Nous y trouvons des plages desertes et des recifs qui n’attendent plus que nous pour les explorer… encore un autre paradis sur terre pensez vous ! Surement mais il le restera seulement si nous savons respecter son environnement fragil. Bref cela est une autre histoire.

Dans tout les cas, forte pensee a vous tous. Nous nous rejouissons d’accueillir dans notre voyage Rene et Simone des que nous arriverons en Equateur.

Derniers jours sur les cotes Costariciennes

Bonjour a vous familles et amis Suisses, Francais, Belges, Americains et Quebequois ! Comment allez vous ? L’automne a t’il fait son apparition ? Petites pensees speciales pour ceux qui sont actuellement au boulot ou ceux qui ne tarderont pas a y aller et pour ceux et celles qui ont les mains dans les couches ou un oeil attentif sur leur progeniture…

Dans cette article, nous allons juste vous faire un peu envie en vous montrant en photo nos derniers jours dans ce pays un peu different du reste de l’Amerique Central.

Apres avoir laisser Moufette s’envoler vers l’Europe, nous voila repartie sur la cote Pacifique… on en aura fait des aller et retour entre les deux oceans… Donc petite escale a Quepos et son parc de Manuel Antonio pour ceux qui connaissent. Au programme plages desertes, singes nous nargant depuis leur hauteur, decouverte des fonds marins et degustation de noix de coco…

Claire s’etait mise dans la tete de s’entrainer pour Koh Lanta ! Du coup elle a voulu nous ouvrir une noix de coco… Elle a d’abord essaye de frotter la premiere couche sur une pierre.

p9220153.jpg

 

Apres des efforts de longue haleine, elle est arrivee a la noix de coco comme nous la connaissons. Un coup bien ajuste sur la pierre et voila la chaire blanche que nous degustons avec plaisir ! Je pense que je vais l’inscire pour l’annee prochaine….

 p9220154.jpg

Plage de Uvita ou je me suis pris mon PREMIER coup de soleil…  il en fallait bien un !

 p9240155.jpg

Pour traverser d’une cote a l’autre nous n’avons pas le choix de repasser par San Jose.  Ce n’est vraiment pas une  capitale tres excitante, meme plutot peu sure, mais nous avons reussi a trouver un petit coin de paradis au milieu du bruit et de la polution. C’est un petit Bed and Breakfast tenue par Mayra, artiste un peu degentee, mais vraiment geniale. Sa maison est fait de branches et d’arbres entremeles. Bref hallucinant !!!

 p9260162.jpg

 p9260163.jpg

Pour terminer notre sejour, nous voila dans la deuxieme « capitale americaine » connue sous le nom de Porto Viejo sur la cote Altantique. Eh oui, tout le monde nous parle anglais meme si l’on repond en espagnole, et les prix dans les restaurants ressemblent fortement aux prix americains…. Dommage car si ce petit bout de cote avait ete preserve de l’arrivee en masse des gringos et autres occidentaux, cela aurait ete une region tres agreable a vivre avec ses influances Jamaicaines !

En conclusion le Costa  Rica reste une destination de choix pour tout les amoureux de la flore et de la faune. Enormement d’activites sportives terrestres ou marines sont organisees mais sont litteralement HORS DE PRIX. Il est encore possible de trouver des endroits tranquilles car heureusement le Costa Rica possede beaucoup de parcs proteges, mais nous sommes decues de n’avoir  trouve aucune reelle authenticite dans ce peuple qui ne sait plus trop ou reside son profit…

Mais nous avons tout de meme une derniere chose a vous dire: PURA VIDA ( utilise chez eux lorsque ca va plus que bien !!)

La vie sauvage dans le parc du Corcovado

Hola todos, como estan en la fria Europa ? Quelques mots d’espagnole pour vous dire qu’apres 2 mois en amerique latine la langue s’impreigne chaque jour un peu plus dans nos cerveau…

Donc apres la cote Atlantique du Costa Rica, nous avons passe 4 jours dans la reserve du Corcovado sur la cote Pacifique au sud-ouest. Incroyable region sauvage ou encore une fois le seul moyen de s’y rendre reste le bateau.  Apres 6 heures de bus et 2 heures de bateau d’abord dans la magrove puis sur l’ocean, nous arrivons dans nos bungalows. Ils se situent au sommet d’un petit promontoir, ce qui nous permettait d’avoir une vue plongeante sur l’ocean et ses couches de soleil !

p9200135.jpg

p9200121.jpg

p9170085.jpg

 

Malgre le mal de dos persistant de Moufette, nous sommes allees faire une petite excursion sur la mer et dans la jungle. Nous avons vecu une tres belle experience a ce moment la. Nous  avons croise le chemin d’une baleine a bosse et de son bebe, en soit c’etait deja tres impressionnant de les voir de si pres et remonter a la surface ensemble. Mais en plus, le baleineau etait d’humeur joyeuse et a effectue plusieurs sauts hors de l’eau juste devant le bateau !!! Il n’a beau etres encore qu’un bebe, sa taille n’en est pas moins tres imposante…

(photo de Moufette)

dsc0129.jpg

(photo de Moufette)

dsc0127.jpg

 

 Apres ces magnifiques images gravees dans nos memoires nous avons entame une petite marche a travers la jungle entre racines, lianes et rivieres. Nous tenons d’ailleurs a preciser que nous sommes tres fiere de Moufette de nous avoir suivit sur ces chemins tumultueux ! D’ailleurs nous n’oublierons pas non plus l’image de Moufette sur le dos du guide lors de la traversee d’une grosse riviere….

(Photo de Moufette)

dsc0136.jpg

p9180103.jpg

p9270164.jpg

 

(Photo de Moufette)

dsc01081.jpg

p9180110.jpg

 

Donc tout ca pour vous dire que nous avons encore vu pas mal d’animaux exotiques et que nous nous sommes rafraichies dans les eaux d’un torrent. Bref la vie est belle, pas trop a se plaindre…

Et pour terminer en beautee notre petit sejour dans cette region du Costa Rica vraiment magnifique, lors d’une plongee de snorkeling, nous avons entendu le chant des baleines sous l’eau !!! Cela nous a beaucoup emues Claire et moi, c’était captivant. (C’est peut etre ca le chant des sirenes…)

Voila apres toutes ces aventures, nous avons racompagne Moufette a son avion. Des piqures de moustiques, un mal de dos en plus mais nous esperons des images plein la tete. Merci encore Moufette de nous avoir accompagne dans nos aventures !

Nous restons encore quelques jours au Costa Rica puis direction le Panama. Dernier pays d’Amerique Central. Cela va faire 6 mois dans 3 jours que nous sommes parties !!! Incroyable comme le temps passe vite. Malgre cela, nous pensons toujours enorment a vous, que ce soit lors des heures interminables de bus ou lors de moments emouvants ! Gros bisous a TOUT le monde et continuez a nous laisser des petits commentaires car cela nous fait du bien de garder un lien avec notre vraie vie…

Au pays de Pura Vida !!!

Nous y sommes arrivees !!! Eh oui, il nous fallait etre le 12 septembre au Costa Rica pour accueillir notre Moufette (Martine ma maman) a l’aeroport de San Jose.

C’est sous un orage extremement violent que nous sommes entrees dans ce nouveau pays qui ne ressemble pas aux autres nations d’Amerique Central. Ce n’est pas la vegetation ni son environement volcanique et ses cotes oceaniques qui different mais le niveau de vie social et l’emprise flagrante du pouvoir Nord Americain…

Notre premier « choc culturel » s’est passe des la frontiere lorsque notre bus a du passer sous une douche desinfectante avant de continuer son chemin ! Puis biensur nous avons encore ete surprise par un nombre incalculable de Mc Do, Wendys, Burger King, Subway, bref la liste est longue !

Nous etions deja preparees a retrouver nos amis gringos, dans des proportions un peu plus elevees mais c’est vrai que  nous avons ete marque par le manque « d’authenticite » du Costa Rica, surtout apres avoir traverse le Guatemala et le Nicaragua… En revanche ce pays est le paradis pour les amoureux de la faune terrestre et marine et c’est ce qui fait son interet a notre humble avis. (Surout pour Claire l’amie des animaux…)

Apres cette breve introduction et impressions sur ce pays, nous voila parti a 3 sur la presque ile de Tortuguero. Petite peninsule sur la cote Atlantique qui accueille sur ses plages de sable de noir, les tortues luthes et les tortues vertes pour qu’elles puissent y pondre leurs oeufs.  Pour nous y rendre il nous faut monter a bord d’une barque a moteur et naviguer a travers la magrove jusqu’au village qui se situe sur ce long banc de sable. L’avantage de ce coin, reside dans le fait qu’il n’y ait pas d’autres moyens de s’y rendre que la navigation fluviale. Du coup on y est un peu plus tranquille.

p9150072.jpg

p9160079.jpg

 

Comme nous voyageons quelques jours avec Moufette, nous avons un peu augmente notre niveaux de « luxe » dans le choix de nos hotels. Nous nous sommes donc retrouvees dans un petit complexe a trois pas de l’ocean, avec piscine et bugalow prive !!! Merci Moufette, on avait oublie ce que c’etait…

Nous avons explore la jungle et sa faune tranquillement assisent dans une petite barque, attendant que le guide nous designe l’endroit ou regarder pour voir, singes hurleurs, singes araignes, iguanes, caimens, toucans et autes oiseaux exotiques. Genial pour Moufette qui adore la photo et les animaux.

p9140019.jpg

 

p9150027.jpg

 

p9150061.jpg

 

p9150038.jpg

 

p9150071.jpg

 

Comme nous etions dans la bonne periode pour voir la ponte des tortues vertes, nous ne voulions pas rater cet evenement. Nous n’avons pas eu le choix de prendre un guide et de nous retrouver a plus de 40 personnes sur la plage en meme temps !!! En effet, il est interdit de s’y rendre seul, des gardes font une ronde pour empecher les gens sans guide de mettre un pied sur la plage… Il faut vous imaginer notre groupe marchant dans le noir complet, trebuchant sur la moindre racine et d’un seul coup, le guide qui allume une petite lampe rouge et nous eclaire le derriere d’une tortue qui essaye de finir de pondre tranquillement… Pour la petite anecdote, je m’etais deja rendue ici il y a 8 ans et nous n’etions que 4 a observer tres precautieusement les tortues arrivant sur la plage.

Aujourd’hui c’est tout le contraire. Plusieurs groupes d’une dizaine de personnes arrivent sans faire attention a la tranquillite des tortues, ils y restent 20 minutes et repartent. Il faut avoir de la chance pour etre au bon  moment, au bon endroit…

Le guide venait de nous expliquer qu’une tortue n’essaye de venir pondre que 3 fois sur la plage, si elle n’y arrive pas, elle lachera ses oeufs dans l’ocean… Beaucoup de facteurs peuvant la faire fuire, comme le bruit et la lumiere. Et 5 minutes plus tard, alors que 40 peronnes faisaient face a la mer, une tortue en sort pour aller pondre ses oeufs. Elle fit 3 pas et retourna aussitot dans les profondeurs de l’ocean. Tel n’etait pas notre stupeur lorsque nous avons remarque que personne n’avait bouge pour la laisser passer et que les guides n’avaient meme pas bronches !!!

Bref, experience tout de meme emouvante car nous avons pu observer une grande tortue marine pondre ses oeufs mais bien decues du comportement de l’organisme qui s’occupe de leur « soit-disant » protection. Moufette qui n’avait pas pu nous accompagner a cause d’un lumbago apparu brusquement, ne regrettait pas de ne pas y avoir participe. Elle nous a dit qu’elle ce serait fachee contre le guide… et on la croit !!!

Malgre  tout ca, nous sommes fieres de nous car nous avons parcouru la plage sur plusieurs kilometres pour pouvoir voir les bebes tortues rejoindre l’ocean. Apres beaucoup de patiente, nous avons eu la chance d’en croiser deux sur notre chemin. Et cette fois-ci nous etions seules et en armonie avec les elements…

p9160076.jpg


123456...10


vacances au soleil |
Blog des GODINS |
celivacancesambiance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | eenjaarinnederland
| What's up in New york city
| Cédric en Argentine