Archives pour la catégorie Equateur

Adios y gracias Ecuador !

Apres avoir laisse partir les « Tamalous » et essuye nos petites larmes aux coins des yeux, nous avons pris contact avec Maria,  Equatorienne et amie medecin de mon cousin Philippe en Belgique.

C’est donc accompagne de cette charmante et dynamique jeune femme que nous avons parcouru les coins de Quito que nous ne connaissions par encore. Soiree tres agreable dans un resto dominant la ville a plus de 3200 metres. Puis vamos a bailar dans une discotheque branchee de la place !!! Au programme salsa, cumbia et reagga ton !!! C’est que les Sud-Americains savent bouger leurs fesses !

minipa250001.jpg

Le lendemain nous sommes allees suer sur les terrains de tennis pres de Quito. Et oui, Maria joue tres regulierement et Claire a saute sur l’occasion pour taper un peu dans la balle. Et nous avons tout de meme remarque que courir a presque 3000 metres, diminue nos capacites physiques… il fallait nous voir expirer notre dernier souffle apres 30 minutes de jeu…

Apres cette longue journee, Maria nous a depose a la station d’autobus pour un long trajet de nuit  de 10 heures jusqu’a la petite ville de pecheur de Puerto Lopez. Nous la remercions encore enormement pour sa disponibilite et sa bonne humeur !

Donc c’est a 6h00 du matin que nous mettons les pieds sur la route en terre de ce petit bled encore endormis… Nous posons nos affaires dans un charmant petit hotel deja ouvert et nous partons a la rencontre des pecheurs qui reviennent de mer et qui vendent leurs poissons sur la plage.

Nous demandons le nom de certains poissons que nous ne reconnaissions pas, il y en a tant ! Le seul dont nous n’avions aucun doute, etait un gros requin marteau embarque rapidement sur un petit « tuk-tuk ». Il a fallu 4 hommes pour le hisser dans l’abitacle, la queue depassant dangereusement de l’engin lorsqu’il sont partit vers la ville…

 minipa260007.jpg

minipa260008.jpg

Nous avons passe deux jours au bord de la mer a nous reposer puis nous sommes reparties vers la grande ville de Guayaquil afin de prendre un bus pour le Perou. Notre sejour en Equateur s’acheve donc la et nous en gardons un tres bon souvenir. C’est un petit pays compare aux autres nations qui l’entourent mais en revanche, on y trouve une impressionante variete de paysages ainsi  qu’une culture Indienne tres bien preservee !

Gros bisous a tous et bon anniversaire a mon filleul Lenny, a ma soeur Virginie, au papa de Claire Rene, sa maman Simone, son parrain Jean Claude, Marion du Tonkin, Anne de Paris, Stephanie et Sylvie mes cousines et ceux que l´on oublie surement pour le mois de novembre… A retardement tous ceux d´octobre et septembre avec Jules, Mathieu, Marylene, Elisa, Anne-Lise, Cyril, Nouchky du CHUV, Annick ma cousine… j’ espere que l’on oublie pas trop de monde….

( c’est fou tous ces gens qui sont nes pendant l’automne)

Sur les traces de Darwin (Galapagos)

Les îles Galapagos : ce que nous en avions comme image, c’était les tortues centenaires, les énormes iguanes et des paysages lunaires…

Et bien c’est encore plus surprenant que ça !!!

D’abord 1 heure d’avion depuis Guayaquil, atterrissage sur une île désertique puis embarquement sur un somptueux catamaran pour 4 jours autour de différentes îles.

Il est difficile d’expliquer exactement ce que l’on voit, je pense que quelques photos valent mieux que des mots…

Pour commencer, voilà le bateau où nous avons passé 4 jours. La Croisière s’amuse c’est de la rigolade à côté ! Franchement nous serions bien restées pour nettoyer le pont…

pa210329.jpg

 

Claire et Brad P… heu non, faut pas exagérer tout de même, Brad un sympathique Australien qui fait le tour du monde avec sa femme…

minipa220487.jpg

Pour résumer, les Galapagos sont formées de plusieurs îles ayant chacune sa particularité. La plupart d’entre elles ont été formées par des éruptions volcaniques. D’ailleurs l’on trouve très souvent de la lave solidifiée, témoin de l’ancienne activité.

On pense que les animaux présents dans l’archipel sont arrivés par les airs pour les oiseaux (ça c’est facile à imaginer), et en flottant sur des radeaux de fortune comme un tronc d’arbre pour les reptiles ou même en flottant en ce qui concerne les tortues terrestres (elles peuvent survivre plusieurs mois sans s’alimenter).

Donc voilà un des mammifères que l’on rencontre à chaque coin de rocher : l’otarie. C’est vraiment une expérience unique de pouvoir s’approcher si près de ces animaux qui n’ont absolument pas peur de l’homme (normal puisque sur ces îles nous n’avons jamais été des prédateurs pour eux)

minipa210320.jpg

minipa210383.jpg

minipa220388.jpg

Ici nous avons donc la tortue terrestre qui peut vivre jusqu’à 200 ans (et oui ce n’est pas une légende) et l’homo sapiens sapiens qui lui, voit déjà sa forme baisser après 30 ans…

pa200292.jpg

 

Non Simone, inutile d’essayer ce n’est pas ton pioupiou, la tortue ne comprend pas ce que tu lui dis… (dixit Claire )

pa200295.jpg

 pa200309.jpg

Nous avons le non moins connu et toujours aussi mignon iguane marin. Ici sous son meilleur profil.

minipa220391.jpg

minipa220434.jpg

minipa220435.jpg

minipa220513.jpg

Ensuite dans l’ordre, pélican, crabe rouge et fou à patte bleue.

minipa220432.jpg

minipa220478.jpg

 

Photo de Simone Bonhoure

foupattesbleuesimg6253.jpg

Le sol d’une des îles n’est encore qu’un champ de lave durci, très lunaire comme paysage (encore que nous ne sommes jamais allées voir comment c’était sur cet astre…)

minipa220448.jpg

minipa220469.jpg

Famille Peuble en voie d’être ensevelie…

minipa220458.jpg

Il ne faut pas non plus oublier toute la faune marine très abondante autour de cet archipel. Comme nous n’avons pas d’appareil photo « submersible », à vous de vous représenter ce qui se passe sous l’eau.

Pour observer cette vie sous marine, nous avons tous fait du snorkeling. Bravo aux « Tamaloux » pour leur courage ! Donc en deux mots les otaries tournaient autour de nous en nous narguant et en jouant entre elles. Et puis nous avons observé les iguanes marins et les pingouins sous l’eau. Et pour terminer, des tortues vertes ont nagé près de nous dans des mouvements gracieux…

Apres en avoir eu plein les yeux, nous sommes retournés à Quito où nous nous sommes tous dit au revoir sur une des places de la ville. Moment très émouvant, mais nous sommes très heureuses d’avoir vécu ces 10 jours inoubliables avec les parents de Claire et leurs voisins les Bonhoure. Merci encore mille fois et à très bientôt à Décines pour un petit verre de Limoncello.

leclubdes6img4540.jpg

L’Equateur vu d’en haut…

C’est fou tout ce que l’on peut faire en Equateur !!! Et nous sommes etonnees de la vitalite sans fin de nos 4 accompagnants  »d’age mure »… 

Apres avoir grimpe deux volcans, a plus de 4000 metres,  voila que nous descendons dans l’ancien cratere du Quilotoa qui renferme  une magnifique lagune. La remontee, sous un soleil de plomb et un oxygene toujours un peu rarefie, s’est fait a dos de mule pour les deux Simone !

pa1601291.jpg

Petite alte chez l’habitant. Nous degustons une soupe a l’orge qui nous rappelle celle des Grisons (petite remarque adressee aux Suisses…)

pa1601421.jpg

Une nuit a Banos pour se delasser dans ses bains thermaux qui sont du au volcan Tungurahua tout proche. Et puis nous voila projetes a toute allure dans une nacelle suspendue au-dessus de la vallee de Banos. Engin utilise par les habitants pour passer d’une vallee a une autre sans avoir besoin de construire de ponts couteux.

 pa170171.jpg

Apres le vent dans nos cheveux, un petit tour sous des hectolitres d’eau  deverse par la cascade del Pailon del Diablo. Nous pensions qu’un simple K-way ferait l’affaire, mais « que neni », nous sommes repartis trempes et plein de boue…

pa170178.jpg

Pendant les quelques jours qui suivent, nous allons encore nous ballader sur les ruines Incas les mieux preservees de l’Equateur qui se nomment Ingapinca. Pour ceux qui connaissent le dessin anime « Les mysterieuses Cites d’Or », nous nous y sommes presque cru, car le temps pluvieux et brumeux, s’est tout a coup degage pour laisser apparaitre les rayons de soleil tant attendus au moment ou nous avons mis les pieds sur le site… Premiere ruine Inca decouverte de notre periple ! Il y en aura d’autres !

pa180234.jpg

C’est a Cuenca que nous avons decouvert la fabrique du fameux chapeau bien connu de l’Equateur: le chapeau de PANAMA !!!!

Mais vous n’etes pas sans savoir qu’il a pris ce nom apres avoir ete exporte en masse pour que les travailleurs du canal de Panama ne meurt pas d’insolation…

Chapeau tres elegant allant tout aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Certains couvres-chefs coutent jusqu’a 1000 dollars, en fonction des heures de travails effectuees !

 pa190256.jpg

Blanchimant du chapeau a la chaux

pa190260.jpg

Nous n’avons pas seulement visite l’Equateur les bras croises ! Les hommes ont eu la joie de tester la corvee de lessive pratiquee par les femmes de la montagne… En nous arretant pour casser la croute, Rene a voulu montrer au femmes Equatoriennes, que les hommes Europeens faisaient aussi ce genre tache…

pa190276.jpg

pa190279.jpg

 

Notre periple terrestre s’arrete a Guayaquil, ville portuaire a la plus forte population du pays. Nous passons un petit bout de la soiree a jouer au casino ! On ne se refuse rien et cela nous rapelle Las Vegas… C’est Simone Peuble qui gagne le gros lot sans s’en rendre compte, magnifique !

Le lendemain nous nous envolons pour des iles mytiques qui vont nous en mettre pleins les yeux, mais ca c’est dans le prochaine article. Gros bisou a tous.

Reanimation en live

Nous ne pensions pas devoir faire un massage cardiaque durant notre voyage, mais c’etait sans compter sur la presence de Simone, prete a reanimer n’importe quels etre vivant en danger.

Appreciez avec quelle dexterite la reanimation est effectuee sur cette pauvre mygale probablement en hypothermie.

Image de prévisualisation YouTube

Un aterrissage

Ce que nous voulions absolument eviter est arrive… Nous avons du prendre l’avion! La Panamericaine s’arrete au milieu de la jungle, entre la frontiere de la Colombie et du Panama et il n’est pas tres recommande d’aller se ballader sur les territoire des Farcs en ce moment… Et puis malhereusement, pas de bateau pour nous au bon moment pour nous permettre de prendre la voie des mer et d’arriver au rendez-vous a Quito en temps voulu…

Le but de ce voyage est de pouvoir apprecier a l’oeil nu le changement progressif de paysage, de culture, et de climat. Ceci est possible lorsque nous gardons les pieds sur terre ou sur mer, mais impossible quand nous prenons les airs.

Du coup, ce que nous craignions ressentir, arriva… L’arrivee sur Quito a ete un grand boulversement climatique et environemental. 2800 metres d’altitude, 15 degres de moins et une vegetation tres clairesemee avec quelques epineux… Cela nous change de la foret tropicale et de sa chaleur.

C’est avec 24heures de retard et beaucoup d’inquietude pour nous, du fait de n’avoir pas acces internet dans l’immediat, que nos hotes sont enfin arrives a Quito. Mais a notre grande surprise, l’equipe de Tamalou (en reference a tous ces voyages organises de vieux ou lorsqu’ils sortent du car ils se semandent entre eux ou ils ont mal…) n’etait pas uniquement compose des parents Peuble mais egalemnet de deux invites surprises : Jean-Claude et Simone grace a qui nous avions pu etancher notre soif au limencello lorsque nous etions en Amerique du Nord (cf precedent articles). Donc nous voila parti a 6 pour 10 jours de voyage a travers l’Equateur !

pa220490.jpg

Nous commencons par 2 jours d’acclimations a Quito pour nous rendre compte deja, que nous nous sentons a l’aise au milieu de ce peuple melanges entre indiens et metisses. Quito s’etire sur 60 km dans une vallee au pied de plusieurs volcans. C’est enorme, mais le vieux Quito colonial vaut la peine d’etre visite avec ses eglises baroques melangees avec quelques symboles des anciennes religions indiennes.

pa130020.jpg

pa130028.jpg

Petit passage par la latitude 0,00,00, calcule de maniere exact par GPS. Nous avons fait l’experience de l’oeuf qui tient  tout seul sur un clou et de la rotation de l’eau lorsque nous vidons le cyphon. Incroyable ca marche !

pa130006.jpg

Et puis nous voila donc parti pour plusieurs jours a la decouverte de la population et de l’environnement parfois hostile de la haute altitude.

Nous commencons par une petite grimpette a pied a 4800, jusqu’aux neiges eternelles du Cotopaxi, volcan actif, au repos pour le moment. A partir de 4000 metres la vegetation se rarefie et nous nous retrouvons dans des paysages lunaires. Ce qui n’est pas commun pour nous Europeen, est de pouvoir monter si haut en voiture, 4500 metres environ. Du coup difficile d’eviter le mal de tete et autre petits symptomes de l’altitude. C’est ca le desaventage de ne pas prendre le temps de s’acclimater !!!

pa150054.jpg

pa150075.jpg

pa150103.jpg

pa150072.jpg

pa150115.jpg

Et pour l’anecdote, nous avons reussi a coincer un gros cailloux entre les deux roues arrieres du bus… Avec un peu d’ingeniosite et de la force, on est vite repartit !

pa150065.jpg

Nous avons egalement la chance de nous attaquer au plus haut volcan en activite de l’Equateur, le Chimborazo (63oo metres environ). Pareil nous montons en voiture jusqu’a 4800 metres environ et nous grimpons jusqu’a 5000 metres a pied. Nous tenons a feliciter Rene, Simone et  Jean-Claude pour  cette performance physique !

pa170194.jpg

pa170198.jpg

pa170202.jpg

pa170205.jpg

Nous avons traverse des vallees et des cols ou les habitants vivent de maniere traditionneles dans des maisons de paille et elevent des troupeaux de moutons ou d’alpagas. Il y a un enorme contraste entre les grandes villes qui se developpent de maniere fulgurantes et la vie dans les montagnes ou les traditions ancestrales reste bien presentes.

pa170184.jpg

pa160149.jpg

pa160125.jpg

Hasta luego amigos y besos a todos para otras aventuras en este manifico pais !!!




vacances au soleil |
Blog des GODINS |
celivacancesambiance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | eenjaarinnederland
| What's up in New york city
| Cédric en Argentine